travaux de rénovation avec la prime éco énergie

Faire isoler sa maison à peu de frais, c’est possible grâce à la prime énergie !

Lancée en grandes pompes par le gouvernement dès 2017, le dispositif permettant de faire rénover sa maison avec le Coup de pouce économie d’énergie a eu tellement de succès qu’il a été étendu. Depuis 2019, il est maintenant éligible à tous les Français, quels que soient leurs revenus, en s’appelant la prime énergie. Une véritable aubaine pour les foyers en situation de précarité énergétique, qui vivent souvent dans de véritables passoires énergivores… 

Effectivement, nombre de maisons et appartements n’ont pas une isolation thermique de qualité, ce qui impacte durablement le pouvoir d’achat. Afin de réaliser des économies sur le long terme en évitant de consommer trop d’énergie pour le chauffage, il convient alors de procéder à des travaux d’isolation. Cette solution pour améliorer son confort et baisser ses factures se divise en trois principales mesures : changer la chaudière, mais surtout faire une isolation du toit et des murs. C’est ce dernier aspect que nous allons étudier dans cet article.

Faire isoler sa maison à peu de frais avec la prime énergie

Pourquoi faire isoler son toit et ses murs ?

Pour répondre à la question, aventurons-nous d’abord sur le terrain des règles de la physique, avant de présenter les travaux de rénovation avec la prime éco énergie. Ce que l’on souhaite principalement dans un logement, c’est conserver la chaleur en hiver et la fraîcheur en été. Pour cela, on génère de l’énergie à l’intérieur qui va se transformer en air chaud ou froid. Malheureusement, ces températures ne restent pas constantes dans le logement, car il y a une déperdition de cette énergie, en passant par différents endroits.

Lire aussi :  Comment plier un tube de cuivre de 4 façons différentes ?

Tout d’abord, la chaleur a tendance à monter et donc stagner en premier dans les étages supérieurs, les combles et le toit. Elle peut aussi s’enfuir par des interstices aux murs, notamment quand on a mal isolé le raccord entre les murs et le sol. C’est aussi le cas pour des fenêtres mal isolées. En tout cas, cela prouve qu’il faut bel et bien isoler thermiquement toute la maison pour ne pas dépenser inutilement de l’énergie à maintenir une température idéale. On commence si possible du toit, pour la raison précédemment citée, puis par les murs, mais ce n’est pas une règle absolue.

L’isolation du toit et des murs, ce qu’il faut retenir

Chaque logement est différent. Que l’on soit locataire ou propriétaire, il est possible de faire appel à la prime énergie, donc tout le monde devrait faire un petit diagnostic personnel sur ce que l’on pourrait effectuer comme travaux de rénovation pour mieux isoler le lieu de vie. Il en va de l’amélioration du pouvoir d’achat du foyer, sans oublier une certaine montée du niveau de vie et du pouvoir d’achat. 

Dans tous les cas, il convient de savoir comment est faite sa toiture : est-ce que les combles sont aménageables ou aménagés, est-ce qu’ils sont inaccessibles ? Comment est le revêtement de mon toit et l’état de ma charpente ? D’autres questions entrent en jeu, il suffit de les poser à un artisan RGE (c’est-à-dire reconnu garant de l’environnement) qui pourra, notamment avec les plans du logement, indiquer ce qui est à considérer. Il faut en quelques mots retenir qu’il y a plusieurs façons d’isoler son toit, par l’extérieur ou l’intérieur, avec avantages et inconvénients. 

Lire aussi :  Pourquoi choisir une porte coulissante ?

Quant aux murs, le même type de questions se pose. On peut effectivement le faire par l’intérieur ou par l’extérieur, avec des coûts différents et parfois même des pertes de mètres carrés dans les pièces de sa maison ou de son appartement, ou encore accepter la modification visuelle de son extérieur.